Piano en valois débute en beauté
2011-10-14 - Elle ne joue pas, elle dialogue. Mais pas avec le public qui ose à peine respirer de peur de perdre un geste de sa parade avec le piano. Dans sa longue robe aussi noire que près du corps, Khatia Buniatishvili s’est mise à nu, hier au théâtre. Et plutôt que de faire parler ses doigts, on ne peut s’empêcher d’écouter ses cheveux. La voilà recroquevillée dans son masque de jais, autant pour se protéger que pour dompter l’instrument. Soudain, elle se recule, encore plus cambrée que d’habitude, et lance en arrière ses mèches rebelles, à la face d’un piano soumis à ses désirs. Le coup de grâce.(Texte : Maurice Bontinck)

Comments (0)

  • Pas de commentaire.

Add Comment










Comment:

    Rewrite the 5 digit code:
   

Remember me!

facebook icon twitter icon YaHoO Buzz icon Myspace icon Blogger icon