Ils perdent pas la boule
2012-04-22 - C'est une journée pluvieuse aux fins fonds de la campagne charentaise dans un bled aux allures de village fantôme. Malgré l'appel aux urnes de ce dimanche d’élections pas âmes qui vivent, pas une voiture, pas un bruit, rien. L'angoisse. En tendant un peu mieux l'oreille j’entends des voix s’échapper du vieux préau près de la mairie. Ils auraient délocalisé le bureau de vote dans cette masure? Je frappe. - Ent' don' mon gars Derrière la vieille porte grinçante, pas d'urnes ni d'isoloirs, mais six octogénaires, six gueules. Casquette de velours visée sur la tête celle que l'on tire en arrière en se grattant la tête pour mieux réfléchir et pour certains une cote de travail, propre parce qu'on est dimanche. Au milieu un vieux poêle à bois réchauffe la pièce bien mal isolée, de vieux strapontins en bois en guise de chaises et au mur une pin-up nue à la poitrine généreuse jette son regard coquin sur nos six compères, c'est d'ailleurs la seule femme autorisée à pénétrer les lieux. Le sol de béton buriné par des impacts répétés les boules s'entrechoquent, des gars tirent d'autres pointent. je ne suis pourtant pas à la pétanque. Je demande. - Comment s'appelle ce jeu? - Olé la courte-boule, me répond le surnommé "Bouboule" (ça s'invente pas!!) 82 ans, un croisé de Jean Gabin aux bacchantes de Charles Bronson, 70 ans de pratique (prononcer pratèque). Et oui à Lupsault l'accent charentais est encore légion, vous savez celui ou l'on remplace tout les "i" par de "è". Ainsi je suis devenu le journalèst de la Charente lèb et je vais passer une partie de l’après-midi avec eux. Voilà le cadre est posé les présentations sont faites pour le reste la vidéo parle d'elle même. Un grand moment.

Comments (0)

  • Pas de commentaire.

Add Comment










Comment:

    Rewrite the 5 digit code:
   

Remember me!

facebook icon twitter icon YaHoO Buzz icon Myspace icon Blogger icon